La fête perdue


20 décembre 2014  au studio des 3 Oranges



Les principes :



A l’Unité, depuis toujours on caresse le rêve de la fête perdue.

On la cherche,

on la malaxe,

on la travaille

on l’essaye



On ne cesse de dire que la France est en déficit de fête.

les gens ne se parlent plus, ne se visitent plus, vivent isolés les uns des autres? 


On a répété sans arrêt que vendre 5000 ou 10 000 ou 20 000 billets de théâtre, ce n’est pas ça la fête, ce n’est pas ça qui change l’atmosphère de la ville, il faut ré -inventer la fête perdue,

on l’a fait à St Quentin en Yvelines avec le carnaval des ténèbres

on l’a refait à Montbéliard avec le réveillon des boulons


et chaque spectacle doit impérativement se terminer par ce moment ensemble

c’est la soupe russe de vania, c’est le whisky de Macbeth.


Et puis aux Ruches, Jacques tente la nuit unique, toute une nuit ensemble pour dormeurs éveillés, et irruption d’art rêvé pendant le sommeil.


On veut de plus en plus développer le concept de la sérendipity, laisser jouer le hasard, ou ce que nous appelons le bon moment. Il y a le moment où on envie de poésie ou de musique, ilfaut le sentir ce moment.


Jacques a une espèce de névrose, celle du blini, il ne va pas chez  le thérapeute, ou le psychanalyste, non, lui il fait des blinis.


Un jour il a croisé deux jeunes filles à Aurillac, assises au milieu d’une place et pique niquant avec quelques barquettes du carrefour market, il leur a fait une remarque, et une des jeunes filles a répliqué :


“vous devriez nous inviter à manger des blinis au saumon”.


Jacques y a vu un signe du destin.


et depuis cela le taraude.







Léonor Stirman et Garance Guierre



jacques a expliqué aux jeunes filles qu’il n’y  avait pas de belle fête sans la présence de la mort quelque part ou de l’invisible.


et un jour il a rêvé de ces jeunes femmes, toutes deux chanteuses mélancoliques  lors d’une soirée magique









Alors du 1er au 20 décembre, nous avons tenté de préparer 5 soirées qui n’ont fini par ne devenir qu’une seule soirée le 20 décembre.











La soirée a duré de 20 H  à 23 H






300 bougies


beaucoup de poésie, ça a vibré dans les coeurs.

Dur à raconter tant c’était immatériel.

Pou nous c’est une étape vers la nuit unique, une étendue de temps libre parfois illuminée par des petits flashes musicaux et poétiques,avec  en filigrane  caché le monde des morts.


On a fini par le public debout en train de réciter étranges étrangers de Prévert.



Vu par édith qui écrit dans son blog



Une vieille obsession, celle de la fête qui n’est jamais plus belle que lorsqu’elle surgit, là où on ne l’attend pas ! Une longue table illuminée de 300 bougies est dressée, les invités se font face, au fond un piano où Leonor et Garance rythment la soirée de leurs chants lyriques, à l’entrée, la fabrication des blinis où Jacques Livchine officie et lance la soirée qui doit être poétique avant tout. Les blinis sont servis, il faut les arroser de beurre fondu, les tartiner de saumon, de caviar d’aubergines, de purées d’anchois et de divers ingrédients dans les petites coupelles disposées autour de nous. Léonor au piano et Garance qui la surplombe, chantent de temps à autres et Jacques délivré de ses préparations culinaires lance ses premiers poèmes qu’il profère et répète depuis son adolescence : le Transsibérien de Cendrars, Barnabooth de Valéry Larbaud, Prévert et bien d’autres. Michel Kempf, violoncelliste retraité du Conservatoire de Monbéliard qui joua autrefois dans Teresin avec le Théâtre de l’Unité, attaque un morceau. Les convives sont invités à se joindre aux récitations poétiques, peu s’y hasardent, on ne les entend pas toujours au bout de cette table de 40 mètres. On chante pour la Fernande Kravachvili, 80 ans la mère d’Irène qui administre encore pour quelques temps la compagnie des Bains Douches de Claude Acquart, gravement menacée de disparition. À la fin, chacun de nous est invité à dire une phrase d’un poème de Prévert Étranges étrangers, dont on nous a distribué les paroles. Un grande, une belle émotion fraternelle bien rare.









fiche de préparation