BILLETS 2019

 
 

Quinzième année


                                             Dimanche 6 janvier 2019, l’épiphanie


Scénario GJ. Suite du scénario. La gauche est grillée, la droite est grillée, la démocratie représentative à l’ancienne   est grillée. Plus de modèle. La chute libre,  et cela dans le monde entier.

Alors,  c’est bizarre, je  repense aux Tuches , ce film que d’ailleurs je n’avais pas trouvé si crétin,  finalement ce n’est rien  d’autre qu’un Gilet Jaune à l’Elysée avec toute sa famille.  Ça calmerait tout le monde, un autre exercice du pouvoir, ne plus se sentir gouverné par une oligarchie.


Audincourt 14 janvier 2019 / Pluie 8°C


Léa  qui a  moins de 30 ans  a été émue par mon bouquin, tant mieux, mais elle est déprimée  et  me demande conseil.  Elle aimerait trouver le mode d’emploi du bonheur.

Alors je me suis mis à me souvenir des 14 plus  grands pics de bonheur que j’ai connus dans ma vie.

Stupéfaction ! ce n’est pas le théâtre qui vient en tête mais l’amour avec 5 citations.

Mais en fait il y a le fond de sauce de la vie, les rencontres, les amis, les repas avec beaucoup de monde autour de la table, les relations, être avec les autres. 

Et puis aussi arriver au bout d’une création.



             Dimanche 19 janvier. Villars les Blamont.  Cheminée. -2°C


Il y a dix ans j’avais écrit : je mourrai le samedi 23 février 2020. C’était ma prédiction.  Or nous y sommes presque. Je ne plaisante plus sur cette date. il me resterait donc un an à vivre.    Or l’Unité va être compagnie associée à Scène Vosges à Epinal  en 2020. On a déjà établi un calendrier,  il y a des dates après  ma mort annoncée. Je n’ai pas envie de déserter, de ne plus être là.   Je note 5 avril  2020, 12 décembre 2020 etc.  Je ne vais certainement pas dire : je pense que je serais absent. Cela mettrait une mauvaise ambiance.



                              Dimanche 26 janvier, Malakoff , 8°C pluie continue



Le grand débat National  : deux scénarios,   soit tout est joué, Macron continue son chemin, soit il change carrément de cap.

Par contre, ce qui est sûr,   c’est que la Culture ne sera jamais évoquée.

Et pourtant les milliers d’artistes qui oeuvrent sur les territoires  en proximité avec des publics sensibles ou en difficultés, ceux- là non  seulement   touchent à peine le SMIC mais  par dessus le marché reçoivent tout le mépris des inclus du théâtre et les  quolibets de la presse parisienne.


                   Dimanche 3 février  2019 . Malakoff . 3 °C


Il faut que j’arrête de me projeter dans les vies des autres. Cette femme qui enregistre les entrées à l’hôpital semble s’ennuyer.  Avez vous votre carte vitale ? votre ordonnance etc. Et toute la journée, et tous les jours, les mêmes questions. Elle a   de la chance,  elle a du travail, et pourtant, elle semble s’ennuyer, s’ennuyer, elle ne sourit pas.  J’aimerais entamer une conversation avec elle sur le temps de cuisson du gigot par exemple, mais son visage est obstinément  fermé. Et tous les  jours,  je rencontre des hommes et des femmes dont la vie semble être d’un absolu ennui.   Oui, j’ai l’outrecuidance de penser que ma vie est plus passionnante, que d’autres vies.  Je sais que j’ai tort. Cette femme a des passions secrètes qu’elle ne veut  pas me faire partager.



Dimanche 10 février 2019   Villars les Blamont.  9°C  Alerte orange, vent à 90 km/h


Je lis le dernier  livre de Yuval Noah Harari   et une petite phrase m’intrigue et me stupéfie.  Il y a des fake news dont la durée de vie est de plus de mille ans, et dans ce cas, elles deviennent plus vraies que vraies.

Qui va s’amuser à nous dire qu’Abraham, Jésus ou Mahomet ne sont que des légendes inventées ?  Toutes ces religions prônent l’amour, c’est bien,  mais en leur nom,  nous sommes prêts à nous égorger les uns les autres. 

Et voilà comment tout l’équilibre de la planète ne repose que sur des fake news. Moi je le  sais depuis longtemps pour le pratiquer :  le mensonge est bien plus fort que la vérité. 


Samedi 16 février 2019. Villars les Blamont ; 15 °C  Soleil


La nature m’envoie des signaux de plus en plus explicites : la fin approcherait.  Les genoux ont perdu de leur souplesse,  la mémoire a tendance à flancher, l’audition  faiblit imperceptiblement, les érections se raréfient, leur longévité et leur dureté  laissent à désirer.

Or la médecine est là, qui me propose non pas une remise à neuf, mais des aménagements, des améliorations, des compensations qui vont me permettre de retarder l’échéance finale. 

Et voilà comment l’économie des retraites est déficitaire. Nous vivons trop longtemps !  Je ne serai pas occidental,  je moisirai depuis longtemps sous terre