Billets 2017

 

1er janvier 2017 Villars les Blamont - 5°C


Ah, le débat sur le communautarisme, je ne le comprends pas. La france est un puzzle de millions de petites communautés, ça part de la famille, aux cercles religieux, aux gens de théâtre, aux sportifs aux chasseurs, aux ethnies, ceux qui parlent la même langue. Or ce qui importe c’est leur offrir à tous par delà les différences un objectif en commun, c’est là que la fête entre en jeu pour débloquer toutes les mini frontières.

Le 31 autour du Rappopochestra on s’est réunis, juifs, russes, arabes, réfugiés du Soudan, enfants d’immigrés polonais,  descendants d’italiens, sénégalais, Fernande et ses 92 ans,etc. Ensemble.  Pour moi c’est ça la Culture, je le sens viscéralement. Ne pas faire de théâtre à l ‘intérieur de notre petite communauté d’intellos de gauche. Ouvrir le cercle.

Si les élus comprenaient. Si seulement ils comprenaient.



8 janvier 2017 . Malakoff - 1°C


Décidément, la liste de ce qui m’ennuie est gigantesque. Exemple, les professeurs spécialistes du Moyen -Orient  me sont insupportables, ils m’ennuient, les expos- photos accrochées sur des grilles caddies, le must de toutes les MJC, je ne regarde même pas, les paysages vus par la fenêtre du TGV,  cela m’ennuie.  99% de la production théâtrale me terrorise d’avance, hier j’ai encore essayé, le théâtre de la Commune, bof, j’avais envie de théâtre politique, mais là, Benoit  Lambert et Begaudeau nous font le traitement le plus banal qui soit avec de  la télé réalité sirupeuse, je regarde ma montre toute la seconde heure attendant la fin du supplice.  Et même le Rappopochestra m’ennuie, car tous nos jeunes virtuoses jouent sans aucune Doucha  (Doucha c’est l’âme en russe ).  Or  il n’y a pas de recette mécanique  pour la “Doucha”.



Lundi 16 janvier 2017 , 4 H  Malakoff 2 °C


                      Moi qui me plains sans arrêt de la pauvreté des commentaires des gens après nos spectacles, les merci-c’était  super ;  ce dimanche à Corbigny, me voilà comblé, un  grand gaillard, saute sur moi et me raconte son bouleversement. Je pense qu’il n’est pas sincère et que c’est un acteur qui cherche du boulot. Mais non il n’est pas du monde du spectacle. Ses remarques sont fines et motivées, il me complimente sur la poésie, me demande de lui répéter précisément la phrase  : c’était l’amour sans amitié. Non lui dis -je, elle n’est pas de moi  c’est une  phrase extraite des choses de la vie de Claude Sautet, il ne connait pas, il ne connait pas  non plus Michaux, ni Rimbaud , ni Aragon, il est comme on dirait “brut de décoffrage . Moi qui veux rendre ce que le théâtre m’a donné, je suis au zénith de ma forme ce dimanche matin après une nuit blanche, celle de la nuit Unique et d’un jeune homme bouleversé .



Dimanche 22 janvier 2017.   Villars les Blamont. - 9°C



Je suis allé donner le nom de mon favori pour les primaires, il est arrivé en tête. Triste victoire.  Tous ces hommes politiques qui ne parlent que de gagner seront-ils capables d’un éclair de lucidité, de ranger leurs égos, et nous  donner au moins  l’espoir de ne pas laisser la place à un triste avenir pour notre pays. Le peuple se réveillera t-il pour leur  demander de négocier un programme de gauche porté par un seul candidat ? 


28 janvier 2017. Malakoff. 2°C



Le communautarisme. On ne parle que de celui des quartiers, mais de celui des riches jamais. Eux ils ont leurs quartiers gardiennés, ne se voient qu’entre eux, jamais je ne pourrai espérer déjeuner avec Bernard Arnaud, nous sommes dans des systèmes de castes.

A la Rochelle,  c’était la communauté de la rue qui se  rencontrait pour la septième Université Buissonnière. Je m’étais battu pour ouvrir le cercle, sortir de notre communautarisme à nous, inviter des gens en désaccord avec nous pour qu’il y ait débat. Je n’ai pas été suivi, alors c’était une rencontre de potes autour de formidables pots avec huitres et pineau. On a  aussi  parlé des droits culturels avec Meyer -Bish, le spécialiste.

Personne ne comprend  vraiment de quoi il s’agit.  De la co-construction avec les habitants, on pratique cela depuis 20 ans, mais maintenant,  hourrah, il y a une loi qui peut contraindre une collectivité à le faire.



Samedi  4  février   2017  Villars les Blamont 8 °C



Tout me sépare de la Josette. Dans la cuisine je mets Inter ou France Culture, à peine je sors quelques minute, quand je reviens c’est Skyrocks ou Nostalgie. Josette n’a aucune raison d’aller au théatre elle n’y va pas, parfois je lui dis : je te jure ce sera bien, rien à faire.  Josette nous côtoie depuis une quinzaine d’années,  elle trouve Marine bien sympa. Les arabes, pas de commentaire .  Mais alors est ce que tout me sépare de Josette ?  Non, Avec Josette on peut  parler d’amour, je lui demande sans arrêt, alors Josette t’as trouvé quelqu’un ? On parle de propreté de la cuisine et du bicarbonate mélangé avec du vinaigre blanc pour nettoyer le sol. Les Primaires, elle ne sait pas ce que c’est et s’en fout.   Elle aime Mariole et Mariole l’aime, les bêtes ça sert à ça. Des Josette, elles sont des millions en France, et nous,  lieux de culture nous devons une fois par  an  réussir à capter leur attention. Josette allait au réveillon des boulons et serait aller voir le Dragon du Channel.


Dimanche 12 février 2017. Malakoff. 4°C


Bizarre, j’ai un blocage, il y a quelque chose en moi qui m’empêche de  parler d’Israël. Cela me fait trop mal . C’est tellement grave, tellement énorme. D’ailleurs c’est un sujet que la presse relègue en sixième  page,  c’est un sujet non vendeur à l’inverse de Pénélope.  Or j’ai l’ image persistante de la manifestante qui brandit une pancarte “Kill them all” lors du procès du tout jeune soldat franco -israélien, Elor Azria, qui a achevé un palestinien à terre. L’arrivée de Trump au pouvoir galvanise l’extrême droite israélienne, Netanyahu en tête. Légalisation  des colonies sauvages, annexion de toutes les terres palestiniennes. Fin de tout processus de paix. Je discute avec Osama Algabri, comédien palestinien. Il me dit : tant pis, un seul Etat, mais avec les MEMES DROITS.

Samedi soir, j’incarnais Netanyahu sur scène, les digues de toute bienveillance et de bienséance s’écroulaint.

L’antisémitisme a de beaux jours devant lui.




Samedi 18 février 2017 Malakoff 3°C


Toute la nuit, j’ai comme une stridence qui me perce le crâne. Et cela revient sans arrêt, je recalcule : oui 14 +12,5 cela fait 26, 5, oui 26,5 c’est plus grand que 26 . Mais les  puristes de la gauche sont coriaces : tu ne mélanges pas une voix toxique style celle d’Hamon avec un réel désir de gauche. Pourtant c’est une opportunité à saisir aux cheveux,  On ne peut pas accepter que Marine le Pen soit la seule protectrice des classes populaires. Moi je prétends  que la pire des gauches est encore meilleure que la meilleure des droites, et que les présidentielles ne sont pas un concours de miss.


Samedi 25 février Malakoff 8°C soleil



Personne ne se scandalise que  la personne la plus riche de France, Liliane Bettencourt ne paie pas d’impôt, que l’évasion fiscale c’est mille milliards par an en Europe, que la BNP Paribas a 350 filiales dans les paradis fiscaux, que les banques dans la crise des supprimes ont reçu 14 trilliards de dollars pour combler leurs trous, que le patron de Sanofi est payé 49 000 € par jour. Dans une société malhonnête, le voleur est honnête, alors pourquoi Fillon  et les autres se gêneraient-ils ? Ils sont d’honnêtes serviteurs du système qui  nous gouverne.


Samedi 4 mars. Villars.  10°C pluie



Un joli samedi pluvieux en franche -Comté. Une envie de sortir au théâtre  après une journée au coin du feu en position détente.

Alors , les programmes ? On a tout sur  théatre contemporain .net, tu leur demandes  la Région Bourgogne Franche Comté , le 4 mars , catégorie théâtre.  Résultat : RIEN

4 scènes nationales : Mulhouse, Belfort, Montbéliard, Besançon, trois  CDN : Dijon Besançon, Colmar, rien. Ah Basel, enfin, un Dom Giovanni,  70 € la place,  il m’a l’air insipide.

Un bon point pour le TNS , des roses et du jasmin, pièce palestinienne, ça joue  mais j’y suis allé cette semaine. Donc RIEN.

Heureusement  en Suisse,  le 5 mars  il y aura cette fête surréaliste et géante, les chariots de feu à Liestal.


12 mars 2017 . Villars printanier



Franchement qu’un présidentiable comme Fillon cite Jeanne d’Arc qui demandait à ses juges   “passez  outre, je vous prie” m’enchante.  C’est un véritable appel à la désobéissance civile . Il y a tant de lois idiotes qui méritent de de ne pas être respectées que je veux bien en faire mon slogan. Oui, quand il le faudra, je passerai outre.



Samedi 18 mars 2017. Malakoff. Gris


Retour  de Marseille, quatre jours où j’assiste aux travaux des apprentis d’une formation de théatre de rue, transformée maintenant en art en espace public.

Je suis parti avec un mauvais goût et une amertume dans la bouche. J'ai peur d'être aussi médiocre que ce que j'ai vu.

Le théâtre de rue n'a qu'un intérêt c'est d'aller vers les vrais gens, or il a abandonné cette direction, c'est pareil que l'autre théâtre mais en moins bien. Maintenant c'est la course aux dates dans un entre -soi étouffant. La force du theatre c'est de pouvoir parler à des illettrés et là nous ne jouons et ne voulons séduire que nos pairs pour jouer dans leurs festivités.  Je n'en peux plus, car je suis un couard, je n’ose pas trop m’exprimer car c’est ce monde -là qui me nourrit. Delaroziere le concepteur des machines de Nantes et ex compagnon de Royal de Luxe pense que la ville nous ouvre ses bras et que nous devrions être des transformateurs de vie urbaine. Je comprends ce qu’il dit.


Dimanche 26 mars 2017.  TGV Paris Belfort  Montbéliard. Printanier


Me voilà invité sur un plateau de télé comme témoin de la campagne présidentielle pour parler de culture. Je suis un vrai provincial, étonné par le prompteur, et surtout par l’absence de caméraman, cinq caméras automatiques sont télécommandées d’une cabine que je ne vois pas. Impressionnant. Face à moi, le  Maire de Versailles,  et Frédéric Mitterand,  à coté de moi un humoriste Yassine Bellatar.  Tous habitués à l’exercice, moi le vrai “bleu”. Le journaliste Ahmed Tazir originaire du pays de Montbéliard ne manque jamais d’être reconnaissant à l’Unité de  l’avoir arraché à un destin “Peugeot” tracé d’avance. Le neveu de Mitterrand est infatué et d’une suffisance extrême. Il est le représentant de la seule culture qui vaille, la Culture haute. Il cite Boulez et tente de m’enfermer comme un vil représentant du bas-art   populaire.J’ai réussi quelques saillies, mais encore trop timides.  Il faudrait absolument que nous puissions faire intrusion dans ce milieu des médias qui n’est qu’à leur service exclusif.


PRESIDENTIELLE 2017 : ET LA CULTURE ALORS ?


Dimanche 2 avril 2017. Malakoff. les fleurs affleurent


La France est fiévreuse, il n’y a plus de repas qui ne se terminent  pas par :  “ alors tu as fait ton choix pour le 23 avril” ? Mon cousin c’est Fillon, ma soeur, c’est Macron, ma fille c’est Mélenchon, et pour tous les autres l’abstention, et  moi et moi ? je n’ai pas encore décidé. Du jamais vu, l’incertitude totale, Passera passera pas?  Et dernier phénomène en date,  il y a une espèce d’animal politique qui plus tu le frappes, plus il devient fort, plus tu le renforces.  Il n’est pas né celui qui mettra KO cette teigne de Philippot, et  le Fillon est une espèce d’insecte indestructible, même les pesticides n’en viennent pas à bout.  Alors ma prédiction, sachant que je me trompe toujours à moitié.  Un attentat terriblement meurtrier va frapper la France le 14 avril… Toutes les cartes seront bouleversées, et on fera l’Union Nationale.  On annulera les élections et on mettra un collectif de 11 présidents en place pour sauver la France.


Dimanche 9 avril 2017. Villars les Blamont. Anti-cyclone


Hélène a la fibre quartier. Elle offre et fait du partage de culture à ceux qui sont naturellement écartés de ce monde-là. Elle s’est achetée un bus qu’elle a aménagé en lieu de vie original et agréable.  Helène est sans arrêt sur le pont, ateliers masques, ateliers théatre, ateliers cuisine etc. Elle écrit aux pouvoirs publics, n’a pas de réponse ou se fait refouler.  Ils ne comprennent pas qu’Hélène est d’une utilité sociale incomparable et que c’est une chance de l’avoir sur notre territoire.


Samedi 15 avril. Villars   Maussade


Je me sens bien ce matin. Bizarre. En fait j’ai vu hier soir Bovary de Tiago Rodriguez, et j’ai fait une petite réaction cathartique.

Le théatre quand cela fonctionne est plus fort que tout, c’est un peu un remède -miracle, qui vous aide à mieux comprendre la vie et donc vous allège. 

Après avoir vu la pièce, je me sens plus intelligent,  Flaubert est démonté, on en voit toute la complexité. Comment et pourquoi tant de personnes tout en aimant leur conjoint sont prises d’un désir furieux d’aller voir ailleurs ?  Ce n’est pas  vraiment de la tromperie,  ou du cocufiage,  mais un débordement d’amour, puisque souvent  cela peut renforcer l’amour central.

Bref, tous les problèmes de désirs me passionnent, et quand parfois je n’ai plus envie de rien, ni d’art, ni de nature, ni de nourriture, ni  d’héroïsme,  il n’y a guère que des lèvres fraiches et des yeux amicaux qui peuvent me sortir du pétrin. 



Lundi 24 avril. Ciel bien bleu. Malakoff


Soirée électorale : huit mois que le suspense est mis en scène, et que les métaphores abondent, sportives, le plus souvent. J’adore écouter les déclarations, les commentaires les plus divers.  Et ce qui me frappe, c’est la tempête de médiocrité et de banalités qui  s’abat sur le pays. Catastrophe écologique du langage, lieux communs.  Je suis saoulé. Mais au milieu du déluge de mots et de théories, le seul langage que l’on comprenne aisément, c’est celui de celle qui répète inlassablement et sans complexe  la formule qui lui permet d’accéder au second tour en toute tranquillité : Dehors les étrangers  !



Samedi 29 avril 2017  Malakoff . temps frais . ensoleillé


Je n’ai pas trop envie d’insulter les millions d’électeurs de Marine Le Pen,  et en même temps je pourrais  leur dire qu’ils votent pour le désastre. mais pour eux, le désastre  il est déjà là.

Je vais être obligé de faire un point Godwin. (Toujours tout ramener au nazisme). Oui, les juifs autrichiens n’avaient pas peur d’Hitler, ils lui faisaient confiance. Ils ne s’affolaient pas.  Il est vrai nous ne pouvons pas imaginer une politique d’épuration ethnique  en France , l’internement des opposants et autres mesures discriminatoires, et pourtant cela arrive pas très loin de chez nous.



Lundi  8 mai 2017   Villars les Blamont. La pluie



Je regrette mon vote, je me suis fait avoir par toutes les sirènes hurlantes.  Dès son premier discours, j’ai bien compris le message, “Je remercie ceux qui n’ont pas voté selon leurs convictions, mais en même temps, je me dois de rester fidèle à ceux qui m’ont élu pour mon programme”. Alors nous l’avons bêtement  fait passer à 66 % mais si l’on calcule avec les abstentions et les nuls et les blancs, on a 81% de la population qui n’est pas pour ce produit marketing  et de son  sacre quasiment religieux . “Du haut de cette pyramide, 39 ans vous contemplent”! Mais oui, l’âge de Bonaparte. Et 11 millions de voix pour le FN, 55% dans mon propre village. Non, ce n’est pas la fête.


Samedi 13 mai 2017. Villars les Blamont. Nuages 18°C



Je suis paniqué à l’idée qu’un jour je n’aurai plus de désir, je parle de désir en général.

Les pannes  ça existe : “je ne veux rien, je n’ai envie de rien, je n’aime personne” , c’est le docteur dans l’oncle Vania  qui dit cela. Ou l’ envie de rien, Kafka,  la dépression quoi...l’antichambre de la mort,  mais je ne sais pas s’il y a des textes sur trop de désir…

Ce matin, mes vêtements craquent de partout, je veux tout embrasser d’un seul coup, je veux courir dans les prés, je veux user mes lèvres contre les tiennes,  je veux faire de la musique, je veux dire le transsibérien,  déclamer  le bateau ivre à la montagne, et je te veux toi, oui toi,  oui je veux tout, tout de suite,

C’est trop bizarre, le corps accumule des traces d’ancienneté , mais le désir,  lui, il ne connait pas le vieillissement,  il veut tout, tout de suite.


Lundi 22 mai 2017. Marseille


Je devrais aller trop bien, alors pourquoi je vais trop mal ?

Pendant une semaine à Marseille,  j’ai vécu hors du monde avec comme unique souci la recherche d’une poétique absolue, d’une nuit spirituelle fluide immatérielle, mais en même temps, à cause des budgets trop serrés et du déficit menaçant comme une hydre,  alors que je croyais toujours en avoir fini avec les courses dans les Casino, Promo cash, Aldi, Grand Littoral, il en fallait toujours plus pour les acteurs affamés, assoiffés, en demande d’alcool, de sucre, de vitamine C, et je cherchais en vain dans les rayons un tube de lait concentré tout en révisant dans ma tête le passage de Proust qui m’était alloué, parce que non seulement il  y avait les repas, mais  les goûters , les petits déjeuners et les abricots pour les dormeurs, et j’avais l’impression d’une tâche infinie et au petit matin, une fois  bien sorti de l’ivresse ludique, il fallait  se poser la question métaphysique  de fond : et si ces boudins gonflables censés rendre le sommeil confortable étaient en fait une fausse bonne idée  ?


Dimanche 28 mai 2017. Malakoff  31°c prévus


J’écris un billet sur Facebook, 200 partages, cela veut dire que cela a de l’écho. On me dit : envoie ça à la nouvelle ministre. je suis fatigué par avance à l’idée que rien ne changera . Je dis quoi ?

Je dis juste que pour les favorisés et les diplômés  tout va bien, ils ont de quoi s’alimenter. D’ailleurs j’ai décidé d’arrêter de critiquer sans arrêt le public chic. A la MC 93 de Bobigny, c’est si clair, dès le métro tu remarques les 4 personnes qui font tâche et qui vont tout droit voir le spectacle de Platel.

Il faut accepter l’idée que la communauté des intellectuels a droit à un Art qui lui soit réservé. Je dis juste que la Ministre, elle a une autoroute pour s’imposer,  ce serait de  s’occuper de la culture interstitielle, celle de l’ombre, celle des territoires, celle de la proximité, car ces 90 % de français eux aussi et même en priorité  ont des droits culturels.


le billet facebook sur la Culture



Malakoff, 3 juin.  2017 18°c



J’ai des valeurs qui m’ont été greffées dans le fond de ma cervelle encore enfant,  et je ne peux pas m’en défaire.

On m’a inculqué de la hiérarchie. 

Bien- sûr que lorsque quelqu’un se présente à moi comme énarque, polytechnicien, et ambassadeur de France, je suis plus impressionné que par celui-là qui est accompagnateur d’handicapés dans un quartier dit difficile en province.

Et pourtant je sais bien que toutes les personnes qui ont de la valeur,  et qui sont utiles à la société sont toutes situées au bas de l’échelle sociale, c’est là qu’on y rencontre des gens absolument formidables, et qui n’auront jamais aucune distinction, et qui même plus,  auront droit à toutes les primes de mépris possible de la caste auto-proclamée supérieure.


Chalons en Champagne. 11 juin 2017.  28 °C. Elections législatives


C’est vraiment un exercice périlleux.  Je dois envoyer un mot de remerciement à Christian Bobin qui m’a envoyé son dernier recueil. Je suis bien obligé de le complimenter, mais vu qu’il sculpte ses mots avec brio, je ne peux pas lui envoyer un banal “merci c’est sympa”. Au festival Furies de Chalon, j’assiste à des premières, je connais l’angoisse des premières et de ne pas percevoir les pensées du public. Alors je ne me dérobe pas. Malgré la gêne je monte au créneau. Certains  artistes sont maladroits : “alors t’as trouvé ça bien” ?  Ils me rappellent les amoureux qui demandent à leur partenaire. “ça va, tu m’as trouvé performant  “ ?


Samedi 17 juin ; Malakoff . 28 °C


Les résultats des législatives sont annoncés avant même que l’on soit allé voter. Cela ne donne pas très envie. L’Assemblée Nationale une fois de plus ne représentera pas le pays, puisque ce scrutin majoritaire à deux tours est tout sauf démocratique, et que le nouveau président n’aura quasiment aucun contre-pouvoir, aucune opposition pour le contrer. Et moi, je n’arrive pas à donner ma voix à un candidat Macron qui ne dit pas le moindre mot sur les drames humanitaires qui ont lieu aux portes de Paris ou à Calais avec cette interdiction insensée : il est  interdit de donner à manger aux migrants.


Dimanche 25 juin 2017. 25°C
TGV entre Lyon et Paris


On se sent repu le dimanche matin quand on a joué deux fois la veille. C’est Jean Louis Barrault qui pratiquait la métaphore du théâtre  et de l’amour.  Une espèce  de satiété envahit le corps, on se sent rempli d’endorphines , notre sang se purifie. Le théâtre est nécessaire à mon équilibre psychique personnel. Et puis la lettre à Charlotte va être enfin publiée en novembre 2017 à l’Harmattan, cela me fait plaisir ; depuis 4 ans je rassemble des petites théories sur le théâtre dans un livre qui fera 160 pages.  Je n’y peux rien, il y a des matins où l’on se sent bien.



Samedi  1er juillet 2017  Villars les B.   13 °C


je m’ennuie je m ‘ennuie 

tout est ainsi tout est comme ça, 

le monde ne change pas, le nouveau , le neuf où se nichent t’ils ?

Dans les Arts rien ne bouge, tout est pareil, tout se formate, tout se ressemble 

tous les livres tombent de mes mains 

je cherche la vraie vie, je voudrais bien trouver un maître spirituel 

Dites-moi, où se trouve l’exaltant ?

il me reste à crier mes poèmes dans les chemins de boue 

pour les chevreuils et les sangliers. 


9 juillet 2017.  Brioux sur Boutonne (près de Niort) . 30 °C


C'est le commencement qui est le pire, puis le milieu, puis la fin. A la fin, c'est la fin qui est le pire. - Beckett

J’adore cette phrase. Parce que trop souvent je vis la littérature et le théâtre comme de véritables pensums. J’ai la sensation que la classe dominante nous a greffé des valeurs hiérarchisantes avec tout en bas le théâtre populaire, méprisable, et tout en haut l’ésotérisme, le grand Art.

  Et puis voilà que  je regarde les images incroyables de Royal de Luxe au Havre et Jean Luc Courcoult qui ose dire que le “populaire” a la mémoire des grands rassemblements du théâtre au Moyen âge. Il me décomplexe, pendant que toute la presse bourgeoise encense Avignon et nous assène ses valeurs toxiques qu’elle réussit à faire passer pour l’unique Vérité.


15 juillet 2017  Villars les Blamont. 20 °C


Polémique à propos  d’une petite phrase de Régine Hatchondo directrice du théâtre au Ministère de la culture aux CDN : “vous ne me faîtes pas rêver”. Et tous les directeurs de crier au scandale alors  que dans un entretien au Monde, Pommerat déclare que les institutions ne sont plus en phase avec les jeunes créateurs et ne souhaite pas diriger le moindre théâtre.

Pourquoi Vilar et Planchon m’ont ils  fait rêver ? Pourquoi le Berliner ensemble et la Taganka de Moscou m’ont - ils  fait rêver ?  Pourquoi le théâtre du peuple m’a fait rêver ? et le théâtre du Soleil ?

Pourquoi j’aime le Channel de Calais ? Alors que j’ai une fâcheuse tendance à rejeter les institutions d’aujourd’hui tout en leur demandant  d’y jouer car ce sont les seules capables d’accueillir des distributions de 18 personnes, Et encore là, j’exagère puisque le festival de Brioux sur Boutonne vient d’accueillir deux séances magnifiques d’Oncle Vania à la campagne. Il faut vraiment s’interroger sur le rituel d’une représentation. Vilar disait que dans un théâtre tout doit être Art, depuis les courriers, les programmes , l’accueil, le bar, la troisième mi-temps. Les théâtres doivent être des maisons. On doit s’y sentir chez soi.



Lundi 24 juillet 2017   Villars la pluie et la fatigue


Après ces 3 nuits Uniques, j’ai la sensation d’avoir traversé la Méditerranée sur un petit rafiot, et j’arrive et je suis perdu désemparé, je repasse  dans ma tête sans arrêt le film de ce que j’ai vécu. Je voudrais bien revenir au monde d’aujourd’hui, je plane.  On  a fait sept heures  de spectacle mais aucun  d’entre nous n’a fait le spectateur  couché qui dort ou qui veille . Donc on ne sait pas ce que cela donne.  J’ai perdu ma voix,  sous le coup de l’émotion, car c’était un moment que j’attendais depuis trop longtemps. Depuis plus de 50 ans j’emmagasine des poésies et je les gardais pour moi, et d’un seul coup je les profère et je mêle  ma voix aux univers des  acteurs qui font la nuit avec moi et c’est énorme et c’est trop beau, sauf que l’on ne sort pas indemne d’avoir été trop loin, et on a plutôt envie de mourir que de retomber dans la vie triste, grise, misérable, banale et ennuyeuse.


Samedi 29 juillet Malakoff  27°C


Ils nous avaient promis une fois élus de ne pas nous oublier, de nous écouter, de revenir à   la vraie démocratie, le pouvoir du peuple. Pfuitt !  Nous sommes déjà oubliés, abandonnés,  méprisés. Demandes de rendez- vous sans résultats, lettres sans réponses.  Ils s’emparent du pouvoir et le gardent pour eux. La Ministre si bien accueillie, la Nyssen, est déjà enfermée dans son cabinet pour élaborer une banale politique culturelle, toujours la même, qui ne sera jamais appliquée.  Zéro concertation.  J’agite les bras en vain, je m’appelle Livchine, j’ai écumé toutes les Scènes Nationales, je connais tout le passé du théâtre public depuis un demi-siècle, je voudrais vous parler, vous expliquer, vous faire des propositions concrètes, mais je parle dans le vide. On n’arrête jamais d’enterrer l’espoir.  


Samedi  5 août . Odessa Ukraine. 36°c



J’ai besoin de moments forts pour m’arracher au quotidien banal de la vie de tous les jours.

Je me rends donc en Ukraine à Ismael  car la famille Livchine est issue de cette bourgade sur la frontière roumaine , j’ai quelques photos de mon arrière grand père maître de postes, c’est tout.

Le cimetière juif est caché derrière une vieille porte de ferraille pour éviter les profanations. Je suis avec ma soeur, Ketty, ma fille Dana, et ma petite fille Gaia, et d’autres encore. Et là, miracle,  il y a plus de mille tombes et d’un coup d’un seul, en moins de trois minutes je retrouve mon nom en cyrillique sur une pierre tombale.  Alors  avec Gaïa, nous décidons de jouer de la musique  pour le Livchine qui est en dessous, car j’adore réveiller les morts


La vidéo






13 août 2017. Nevers . 18°C

Ils nous avaient bien dit que l’exercice de la  démocratie  était leur passion, que le citoyen allait enfin être au centre, que jamais une fois élus ils ne nous oublieraient. On a viré les socialistes pour ça, on a fait du dégagisme.  J’ai écrit à la Ministre de la Culture,  la perle de notre nouveau gouvernement.  Or tout recommence comme avant, pas de réponses.  Trompé une fois de plus. Concertation zéro. Et là je suis en colère, ils vont distribuer 100 € par jeune sous forme de bons d’accès à la culture, soit une dépense de 1 milliard en 3 ans, à qui cela  va  servir ?  Bien sûr à ceux qui fréquentent les lieux culturels,  les enfants des familles aisés. Quand j’arrivais à Montbéliard, Peugeot distribuait à 50 ouvriers  tirés au sort des places gratuites à chaque spectacle. Les 50 places achetées,  donc réservées sont toujours restées vides . Donc ce pass culturel va être l’objet d’un trafic monumental  comme cela l’a été en, Italie.

je veux parler à la Ministre, lui dire que l’accès aux lieux culturels est ma passion depuis 50 ans et que j’en connais tous les méandres.



20 août 2017. Nantes.  23 °C


La caisse ouvre à 14 H. Dès 7 du matin la queue commence. C’est pour Royal de Luxe à Nantes. Les 800 places partent en un clin d’oeil. Royal de Luxe garde toujours l’éthique de la gratuité.

J’aime cette ferveur du public, c’est comme cela que j’aime le théatre lorsqu’il provoque passion et engouement. Le spectacle s’appelle “miniatures” et il est grand,  et pourtant on n’est pas dans le gigantisme, mais il s’agit  tout simplement de parler du monde d’aujourd’hui avec poésie et onirisme. Royal de Luxe n’est jamais passé dans le Pays de Montbéliard, d’habitude les budgets sont trop importants, là c’est accessible. Il faudrait absolument que le pays de Montbéliard invite ce spectacle. Ai-je la moindre influence sur les prescripteurs  de spectacles  ?


26 août 2017. Aurillac le Vignal.  30°C


Aurillac. Vous avez trouvé de quoi vous loger ?  Oui dans mon camion. Et pour les sanitaires,  on a creusé un trou, cela fait une toilette sèche. Mais le reste de l’année pour de nombreux  jeunes artistes de théâtre, c’est la même chose. ils n’ont pas de quoi se payer un loyer. Je suis un peu abasourdi par cette paupérisation. Et malgré tout, la joie d’être ensemble dans les rues d’Aurillac est absolument ravageuse. Cela rit ,chante, danse, absolument partout. Les marchands de bière sont pris d’assaut. 600 compagnies de théatre de rue,  du spectacle partout,  mais ici le théâtre n’est qu’un prétexte, c’est l’atmosphère spéciale que l’on recherche. Certains repèrent des snipers sur les toits, les sacs sont fouillés à l’entrée,  pourtant  l’état d’urgence ou la précarité sont vite oubliées. Ici le mot d’ordre est clair :  on se fout de tout , on  s’enivre, on est ensemble.


3 septembre  2017 . Villars les Blamont. 20°C


J’ai récemment  serré la main  du metteur en scène Adel Akim à Strasbourg après avoir vu des Roses et du jasmin , un spectacle important sur la Palestine avec des palestiniens jouant des juifs, ce qui est tout à fait rare comme démarche. Adel était déjà privé de la parole, atteint d’une maladie inguérissable,  et donc il avait commandé son suicide assisté à Zürich pour le 30 août.  Le coût d’un tel acte, interdit en France, est de neuf-mille € , crémation comprise.  Les billets de train étaient  réservés pour Adel et les amis qui devaient l’accompagner. Le 15 août il écrit sa lettre d’adieu “adieu chers vivants”. il remercie l’ association Dignitas, qui abrégera ses souffrances,   et  là manque de chance,  dirais-je avec cynisme, il décède  juste avant le départ pour la Suisse.  Notre  cerveau  gravement endommagé  par le monde marchand nous susurre en silence  : Sera t-il  remboursé au moins ? 


10 septembre 2017. Malakoff. 16°C


J’ai envoyé des dizaines de mels et  de lettres pour attirer l’attention des établissements de culture subventionnée sur notre dernière expérience fabuleuse : la Nuit Unique, et je n’ai même pas obtenu le moindre mot, le moindre  refus, le moindre je- n’ai -pas -le -temps, non rien tout simplement rien .   Mépris, ignorance. 

Jamais on ne se demande ce qui peut pousser un homme à devenir si violent, que non seulement il se tue lui -même mais il aime en entrainer des dizaines d’autres.  Je vous l’avoue, ce sentiment de haine à l’égard du monde, et l’envie de faire tout sauter, je le possède en moi.



18 septembre 2017.  Audincourt.  7°C



On va fêter les 17 ans de l’Unité à Audincourt et les 17 ans qui nous restent de vie  en étant très optimistes. La cérémonie va se transformer en éloges  funéraires  avec  ce qu’il faut d’hypocrisie. Je compte casser la cérémonie  ronron et  convenue avec un langage de vérité. Leur dire que la Gauche dès son arrivée  en 2008 aux affaires du pays de Montbéliard avec l’inculte Moscovici  a abandonné l’idée que la culture puisse s’adresser à la ville toute entière ; on nous a rangé dans un petit coin et on nous a demandé de nous taire. Une compagnie de théâtre peut difficilement faire reculer le pouvoir politique, il eût fallu partir, mais à 65 ans, tout recommencer nous a fait peur…Il faudrait que le 7 octobre, les discours soient révolutionnaires,  vrais et musclés.



Dimanche 24 septembre 2017  TGV  de Paris à Montbéliard

C’était un débat organisé par le Monde aux Bouffes du Nord , le sujet : comment toucher les exclus de la Culture. En présence de la nouvelle Ministre : François Nyssen. 7 € la place, j’allais enfin pouvoir lui parler en direct sur le sujet que je ressasse depuis 49 ans. Or un des invités, Vincent Carry, a dit mieux que moi tout ce que je pensais. “L’offre culturelle publique s’adresse à ceux qui en ont le moins besoin  : les populations protégées et âgées  des centres ville. Une aristocratie culturelle s’est mise en  place et délaisse les jeunes, les milieux populaires d’où la priorité qu’il y a à renforcer le tiers-théâtre, et toutes ses initiatives”.  Ce que moi j’appelle la culture “interstitielle”. La Ministre a dit : ah oui, c’est exactement ça.  Une fois de plus on va attendre,  mais on sait d’avance que si elle touche aux privilégiés elle fera partie du premier remaniement.


Dimanche 1er octobre 2017. Villars les Blamont. 14 °C


Lea Salamé tente de lui planter  quelques banderillles, mais Edouard Philippe  a appris  à l’ENA à esquiver tous les coups, à parler avec aisance  de ce qu’il  ne connait pas.  Et pourtant et pourtant, une seule fois en 150 minutes,  il a été déstabilisé. Non ce n’est pas Sapin, l’ancien ministre, ni le PDG Thierry Breton, ni Mélenchon,  mais non, simplement une femme modeste, emploi aidé de chez Emmaus qui sans agressivité lui  a dit : vous voulez faire des économies, soit, mais pourquoi ne pas commencer par le haut ? Pourquoi vous attaquer aux précaires en priorité ?  Et cette simple phrase de bon sens lui a fait sentir le   manque de réalisme de son gouvernement, il a alors  baissé les yeux,  et on a senti qu’il avait honte.



Lundi 9 octobre 2017   Audincourt. Pluvieux . 7°C


Ainsi donc nous avons signé une convention de 17 ans avec la ville d’Audincourt. il est stipulé que cette convention  s’arrêtera avec la disparition d’un des deux impétrants et que le théâtre de l’Unité n’existera plus que comme souvenir, car l’esprit “Unité” cela ne peut pas se transmettre.

Ce week -end des dix -sept ans a été marqué par un débordement d’amour, jusqu’à des témoignages écrits :  Multiplions les  Hervée et Jacques. Et puis on voit de gigantesques gisements d’énergie humaine, des gens qui veulent “faire”, des dizaines de bénévoles nous aident à tous les postes, et aussi un tiers -théâtre très  fort . Les gens sortent tous bouleversés par le spectacle de Thierry Combes  ; Jean Pierre lui et moi .  Le revers de la médaille, c’est que nous  sommes quasiment  victimes d’un culte,  et que les gens perdent tout esprit critique à notre égard.


Dimanche 15 octobre. Villars les Blamont  Beau temps. 23°C


Une sensation bizarre, un besoin de savoir ce que les gens pensent de nous,  vraiment, sincèrement. Je demande à une personne digne de confiance d’interroger ici ou là, les gens de théâtre  à Paris et de leur parler de l’Unité. Sommes nous rejetés, oubliés, admirés ?  Un petit sondage rapide  en quelque sorte.   “L’Unité, ah ?  Ces vieux croutons sont encore vivants ? . Eh oui. La province reculée, pas d’Avignon depuis 11 ans, pas de Paris depuis 10 ans, pas d’article dans la presse nationale depuis 3 ans.  On nous enterre vivants. Je prends le résultat comme une claque en plein milieu de la figure.  Va falloir remonter sa cote au firmament des artistes vivants.






Retour aux billets 2016