Billets  2020

 

                     Dix septième  ANNEE



           Malakoff,dimanche 5 janvier 2020.   4°C


ll y a une vingtaine d’années, je fustigeais un cousin d’Edith dont le plus grand plaisir de la vie était de goûter aux saveurs raffinées d’un restaurant étoilé par le Michelin.

Dépenser ne serait - ce même que le demi salaire d’un ouvrier dans ce bas plaisir terrestre me paraissait immoral.

Aujourd’hui je ne trouve pas plus grand plaisir de me retrouver dans un bon restaurant en famille,  et peu m’importe l’addition, Il doit bien y avoir un proverbe  populaire qui résume ma pensée , sinon c’est à moi de l’inventer : ce que tu as fustigé jeune, tu le vénèreras au crépuscule de ta vie.


                    Malakoff, dimanche 12 janvier 2020 .  6°C


Gilles Costaz fait un papier sur le théâtre de l’Unité, dithyrambique. Gilles Costaz est une plume importante, un fin connaisseur, on peut l’écouter au masque et la Plume, ce qu’il  dit a du poids.

Pour une fois je suis content, d’habitude nous sommes rejetés dans la catégorie provocateur ou bas-art. Mais lui, nous capte bien. 

J’ai cette faiblesse  : un peu de reconnaissance me met en forme.

.


L’article




                     Villars les Blamont ; Dimanche 19 janvier 2020 .   0°C

 


L’amour ça s’apprend ? Existe t-il des surdoués de l’amour ? Toute ma vie j’aurais été obsédé par ces hommes bien musclés, et bien  virils que je croyais capable de faire sauter n’importe quelle femme au delà de la  stratosphère. Existe -t-il  une  recette du style : à tous les coups l’on gagne ?

Je ne peux m’empêcher de faire des comparaisons entre l’amour et le théâtre. Les pièces, ça marche ou ça marche pas, cela dépend devant qui on joue et de plein

d ‘autres conditions. Un  soir,   c’est l’état de grâce et le lendemain c’est plat. Tout ne s’explique pas, heureusement. 




                     Villars les blamont, dimanche 26 janvier 2020    9°C 



  Il y a une écologie dont on ne parle jamais c’est celle de la famille. Certains nous disent, ah un enfant, il lui faut un papa et une maman, ou même deux papas trois mamans, mais on oublie que les parents  ont besoin pour leur équilibre de leurs enfants et que les petits enfants ont besoin de leurs grands parents, et que les  enfants ont besoin de  leurs cousins, et que  les frères ont besoin de leurs soeurs, et  que  les oncles  et tantes  sont indispensables à l l’éducation des générations montantes. Les Africains eux l’ont compris depuis toujours,  eux qui  nous reprochent  de jeter nos vieux.  L’intergénérationnel est une source d’énergie inégalable. la cellule familiale avec ses 3 ou 4 générations  reste irremplaçable pour l’équilibre de la société.



                        Malakoff dimanche 2 février 2020 .   Gris 12°C



Je diviserais le monde des Arts en deux catégories. 

il y  a des oeuvres qui nous  donnent  des ailes, nous stimulent  nous élèvent, nous agrandissent, 

il y a par contre des oeuvres qui nous ennuient, nous rabaissent, nous détruisent, nous diminuent.

L’Art me fait la plupart du temps souffrir, c’est le lieu de toutes les tricheries, des compromissions, de la corruption, des fausses valeurs.

Heureusement,  quand Ernest Pignon Ernest parle, je trouve dans ses paroles, la simplicité  d’un grand artiste. Et j’y puise une énergie précieuse.



                                  Epinal  samedi 8 février 2020 2°C


J’adore mettre en pâture des  sujets  de conversations à table, style, comment appelle t-on le mâle de la gazelle, histoire d’énerver les femmes qui veulent tout féminiser. A votre  avis un homme peut  –il être violé par une femme ?  Mais c’est toujours sur l’Islam que les esprits s’enflamment. Ah la haine des religions ! Un sujet inépuisable.  Ce qui m’amuse,  c’est que la seule religion,  celle qui met en esclavage le monde entier,  abîme la terre, produit les pauvres par millions, cette religion,  on l’épargne  toujours car on la pratique tous  inconsciemment.

Comme disait Mouna, ce philosophe de rue, c’est le caca, le  pipi,  le capitalisme.


                           Malakoff, samedi 15 février 2020  13°C


Toute la classe politique est solidaire de Benjamin Griveaux le gendre idéal,  tête de liste LREM à Paris.  Pas moi. Il a un cerveau de la taille d’un testicule. La pratique de l’adultère, sport national, nécessite une certaine prudence surtout lorsqu’on veut accéder à une haute fonction. Se branler de la main droite, filmer  de la main gauche, envoyer le fichier à la femme convoitée, c’est faire preuve d’irresponsabilité. C’est mettre entre les mains de cette femme, une arme absolue. Il suffit de la moindre brouille pour que la petite séquence érotique se transforme en objet de chantage ou pire soit diffusée sur internet. Et là, le piège se referme , adieu la carrière convoitée, adieu les responsabilités. C’est une fois de plus la preuve c’est que ce sont des crétins  sur-diplômés qui nous gouvernent.



                            Malakoff  samedi 22 février 2020  13 °C


J’avais prévu il y a vingt ans que la date  de  ma mort serait le 23 février 2020 . je l’avais calculé précisément avec des statistiques, mon mode de vie, mon métier, la mort de mon père, des algorithmes, je devais donc  disparaître à  77 ans et 31 jours,  soit  28153 jours pour être plus précis.

Fait chier,  j’ai raté ma prédiction.  Pourtant j’ai fait tout ce qu’il fallait, j’ai fumé quantité de cigares, j’ai eu une mauvaise hygiène de vie, j’ai un indice de masse graisseuse de 120, j’ai laissé les cellules cancéreuses courir sans surveillance.  Eh bien, c’est raté,  toutes mes prédictions sont toujours fausses. Ça fait chier.



                    TGV entre Besançon et Dijon, 1er mars 2020.  8°C


Alerte, une de nos comédiennes  a de la fièvre à 14 H pendant la préparation du Kapouchnik. Corona virus? On met tous nos masques,  on s’éloigne d’elle, panique. On appelle le 15, venez vite, tous les symptômes sont là.  Hervée dit : on ne  peut pas se permettre de contaminer ce soir 400 personnes. On appelle notre médecin Jean Marc, il dit qu’il revient de Milan et qu’il  n’a pas le droit d’exercer pendant 14 jours. Climat anxiogène.  A 19 H la fièvre n’ayant pas monté au- dessus de 38, on est rassuré. Et moi, de me réjouir. Ce danger  qui se met à planer va déséquilibrer le monde entier, et peut -être changer radicalement nos vies. Ça a commencé, je me lave sans arrêt les mains.



                         Epinal , dimanche 8 mars 2020, Hôtel du Manoir


                            stage  au commencement était le verbe


Je passe mon  samedi dimanche avec des grands mères délurées.  On est toujours à rechercher des jeunes  dans les stages, et un peu partout, l’afflux de séniors fait peur. Et pourtant, on l’oublie trop souvent,  il y a un moment de la vie,  on se débloque, on oublie toutes les concessions, tous les compromis, toutes les fausses valeurs qu’on a traînées pendant 50 ans, on goûte à la liberté, les enfants sont grands,   les maris sont à la déchetterie,  On se met à appliquer le mot d’ordre de 1968 : Jouissons sans entraves.  A l’autre bout de la société, il y a les ados , coincés, tristes, anxieux,  sans projet, soucieux d’avoir une belle image. 

J’ai envie de faire un spectacle sur la lutte des âges. Moitié ado, moitié boomer.




                         Villars , samedi 14 mars 2020.  Corona virus



Plus de spectacle vivant jusqu’à nouvel ordre. Enfin on va savoir la vérité . Peut- on survivre sans spectacle vivant ?  Personne n’y échappe, y a pas de jaloux.  Nous voilà donc tous confinés, condamnés à attendre que Mr le Virus veuille bien dégager.

Je ne suis pas mécontent, y avait une scolaire de 2500 mardi, je déteste les séances scolaires, et puis de plus en plus je trouve le public un peu bête,  prenant ses avis dans les journaux “bien”  et puis, nous -mêmes vivons un peu dans une certaine routine. Alors cette crise est une aubaine, on va enfin pouvoir sortir du productivisme pour réfléchir au sens de nos métiers.



         Villars les Blamont , samedi 21 mars 2020. 4°C   Confinement


A l’heure où la France applaudit le petit personnel des hôpitaux, j’ai toujours pensé que la société était à l’image de l’homme, une tête et des membres. Or la tête sans les pieds et les mains ne sert  à rien. Ce sont des sans -grades qui font marcher la société, or non seulement ils  effectuent les tâches les plus ingrates mais ce sont eux les moins rétribués.

Je rêve de cette petite révolution : on écrête les hauts salaires et on relève les émoluments des caissières,  techniciens de surface, éboueurs, conducteurs de métro, camionneurs, aide soignants , infirmières etc  Si seulement  le virus pouvait accoucher de cette simple réforme….





                       VIllars,  seizième  dimanche à la suite   5°C


Y a plus de masques, y a plus de thermomètres, y a plus de gel, y a plus de respirateurs,  y a plus de tests , y a plus de blouses, y a plus de lit,  y a plus de papier- toilette. 

Y en a qui guérissent, y en a qui meurent, y en a qui disent qu’ils ont  le remède, y en a qui disent que si t’as plus de 70 ans t’es mort déjà, y en a qui confinent, y en a qui confinent pas, y en a qui accusent les autres.

J’espère avoir des groseilles cet été.



          Villars  5 avril 2020. Temps magnifique. 22 ème jour de  confinement


Une spectatrice, une seule réclame sa ration de Kapouchnik… Sinon  rien. Déception. Alors que nous passons notre vie à nous vanter d’être indispensable à la vie de la cité.  

Déconfinement ?  Les grandes sociétés du CAC 40 vont rattraper leurs  bénéfices perdus au plus vite Les utopistes vont nous faire un conseil national du déconfinement qui va discuter, proposer  et s’écrouler dans des querelles de chapelle. Le personnel de la santé etc sera payé en applaudissement.  

La Culture ?  On va tout fusionner . Il n’y aura plus  qu’une seule Scène Nationale  avec 100 succursales  chargée de diffuser les mêmes  spectacles dûment labellisés par une commission présidée par Joel Pommerat . Les compagnies et les intermittents vont disparaître.

Jusqu’à présent, aucune de mes prédictions ne s’est jamais réalisée. Alors gardons un peu d’espoir.



Villars les Blamont -Doubs- 600 mètres d’altitude. Lundi de pâques 13 avril. Toujours          en confinement


Les théâtres doivent tous s’écrouler et cela se produira inévitablement . A partir de ces ruines , je rassemblerai ce dont j’ai besoin

                                                                       Richard Wagner



Ce n’est tout de même pas le dernier des imbéciles. Or l’occasion est là unique et magnifique, tout le système théâtral actuel est à terre . C’est le moment où jamais de le reconstruire autrement.   C’est aux compagnies théâtrales de  se positionner pour prendre le pouvoir et inventer un autre théâtre.


Samedi 18 avril 2020.   35 ème jour de confinement. Villars les Blamont. Beau temps sec


Si je me souviens en 1973, nous avions éprouvé le besoin de sortir des théâtres et de jouer autrement, dans la rue. C’était exaltant ce nouveau public, des petits cercles d’une trentaine de personnes qui s’assemblaient autour de nous. Et puis c’est devenu un marché, les organisateurs cherchaient de la rentabilité, les cercles se sont agrandis jusqu’à mille personnes, il fallait des micros etc. Le geste théâtral s’est dénaturé. Or nous avions peut -être inventé le théâtre de l’avenir, puisque covid 19 oblige, les grandes assemblées sont interdites. Il va falloir revenir à plus de simplicité, plus de complicité, plus de modestie :  revenir aux origines du théâtre.



                     Villars les Blamont.   dimanche 25 avril 2020. 18 °C  gris.  confinement




Vaut- il mieux être vivant dans un pays mort, ou mort dans un pays vivant ?

Au début c’était sympa,  le virus, la grève générale, le silence, les oiseaux.

Au bout de 60 jours, tant pis, faut que l’industrie tourne,

il y a du risque, on remet les enfants à l’école,  pour que les parents aillent bosser. 

Très chers épidiémologistes,  virologues infectiologues , dites nous la vérité, savez- vous  quand  le Coronavirus  débarrassera le plancher pour que je reprenne enfin  mon théâtre.

-Ah Monsieur Livchine, il mourra quand il sera repu et qu’il aura touché au moins 50 millions de Français dont une dizaine de milliers vont  évidemment passer de l’autre côté.

La  date ?   ça dépend.. 

Etes vous certain qu’il mourra  : en principe oui.  

Mais en attendant Monsieur Livchine, fumez tant que pourrez , il s’avère que la nicotine éloigne le covid19.




                    Samedi 2 mai 2020  Villars. 9 ème  semaine de confinement.



Qui eut cru que le théâtre puisse s’arrêter un jour ?    Dans l’Histoire il y a eu déjà une coupure de 600 ans, mais là personne n’aura la patience d’attendre ne serait -ce qu’une année.  Alors les idées fusent de toutes parts. On va démonter les fauteuils des théâtres ! on fera du théâtre d’appartement ! Certains ont même l’audace et la témérité de dire : on va faire du théâtre de rue. La société a l’air de s’en foutre, mais les gens de théâtre appellent au secours et crient : sans nous, sans notre talent,  sans notre imagination, qu’allez- vous  devenir ? La République lancera mercredi des bouées de sauvetage. On sauvera sans doute les gens de théâtre,  mais le théâtre, va falloir attendre.  Le 11 mai, on va se revoir à l’Unité, et on se dira comme la chanson : et maintenant que vais -je  faire ? Dans le pays de Montbéliard, il y a à Mandeure, les ruines d’un magnifique  théâtre romain. Bizarre coïncidence. 




Samedi 9 mai 2020. Beau temps. J-2 avant la libération


Il y a ce temple juste en face de chez moi, à l’abandon depuis vingt ans.

Il y a la maison que j’habite qui est une ancienne bergerie.

Il y a  une usine d’allumettes en ruine.

Il y a le lavoir qui est sec.

Il y a l’Unité qui est installée dans une ancienne usine de tissage.

Il y a un théâtre  antique en ruine de 20 000 places  à Mandeure  abandonné en l’an 400. 

Il y a les abattoirs de Calais transformés en  théâtre,

Toute la France est couverte de lieux à l’abandon qui racontent son histoire.

Peut -on imaginer que le covid19  sonne la fin des lieux théâtraux ?

Il y a quarante ans des zozos ont affirmé : c’est parce qu’il fait trop froid dans les théâtres que nous jouons dehors.

Aurions -nous eu raison avant tout le monde ?



Dimanche 17 mai 2020.   temps à barbecue, lente sortie de crise


Je ballote, je ballotte

Il y a le théâtre à réinventer

Or  le théâtre que l’on nous propose de pratiquer   sous le Corona,  s’appellera t-il encore théâtre ?  Devons nous vraiment chercher des alternatives, jouer derrière du plexiglass, jouer pour des écrans, jouer dans les prés avec des jumelles pour les spectateurs  et toutes sortes d’inventions possibles.

On avait dit que ce serait l’occasion de  secouer la routine  et que pour une fois compagnies et institutions mutualiseraient leurs moyens  et réfléchiraient ensemble.  Un beau rêve enterré.  Rien d’excitant ne s’annonce nulle part.


Samedi 23 mai 2020 . Maison Unité. Pluie continue.


On arrive à un moment  de saturation, où nous, citoyens de base nous n’en pouvons plus de la campagne d’infantilisation à laquelle on voudrait nous soumettre, après les lois d’urgence, voici  les lois sanitaires. Les crétins   surdiplômés qui  nous gouvernent nous proposent des ls contradictoires et absurdes.

Nous lançons ce message aux directeurs de théâtre et au ministre de la culture   : le théâtre ce n’est pas que le théâtre de salle avec sa billetterie et ses réservations, et ses sièges rouges, le théâtre, c’est aussi un art de place publique,  un art  de rue libre,  un art   de place de village, de parvis de cathédrale, le théâtre aime s’épanouir librement dans les espaces publics sous le ciel , et nous fabriquerons à vue  le 26 mai  sur une place de Besancon une grandiose image autour  d’un cercueil, symbole  pour nous des errements du gouvernement et de ses médecins  qui nous empêchent d’enterrer nos morts, mais qui en même temps autorisent l’ouverture du parc du Puy du Fou.



Samedi 30 mai 2020   Villars les Blamont en déconfinement progressif


Place de la révolution mardi 26 Mai

Quinze minutes de pure splendeur. Superbe, au delà de nos espérances.

On a tous les larmes aux yeux. L’image est incroyable, le covid-19 nous a dicté la mise en scène,

nous sommes tous espacés, enfermés à l’intérieur de notre cercle de farine.

C’est une sorte de sacre du printemps, c’est unique, non ce n’est pas un happening ou un flash mob,

c’est un énorme moment de théâtre, c’est un hymne à la vie, un hymne à la jeunesse.

Cela ne se raconte pas. Cela marquera les mémoires.

Nous sommes une force gigantesque, les compagnies du tiers -théâtre rassemblées, genre saxifrages, herbes sauvages qui poussent partout, capables de transpercer les pavés.


https://youtu.be/GoEO2PHIURY


Dimanche 7 juin 2020. Malakoff


Seize coquelicots devant ma maison. C’est incroyable à quel point ils cherchent à séduire les pollinisateurs .Ils écartent leurs pétales,  diffusent des odeurs. A ce point érotique je ne pouvais l’imaginer.   Toutes les statistiques  après  confinement montrent un interêt accru des français pour les coquelicots.  Par contre l’intérêt pour le retour au théâtre  n’arrive qu’en quatorzième position. Y a t-il incompatibilité entre théâtre et coquelicots ?  Le vocable Culture a   décidément un double sens.


Samedi 13 juin 2020. Malakoff.  Il a fait au moins 22 °C


On s’était  retrouvé à la Maison Unité, juste après le confinement.  Calendrier horriblement  vide. Une odeur de faillite flottait dans l’atmosphère. Plus aucune rentrée financière.  Si le Ministère de la Culture et la Région décidait de nous  abandonner, l’aventure  “Unité” connaitrait son dénouement, il ne nous resterait  qu’à mettre en scène les faire- parts de deuil.

Hervée déclare : on ne veut pas rester à attendre que quelqu’un nous demande. Jacques continue : ah ça non, on aurait fait un dossier de coproduction pour  la 2CV théâtre, ou le Kapouchnik ou n’importe quelle pièce, ça aura  toujours été refusé.   Alors, on se lance,  On engage 4  artistes d’ici et  ça y est on a joué et on rejouera.



Dimanche 21 juin 2020     Audincourt. Nuageux mais ça se réchauffe


On se demandait comment on allait sortir de ces 3 mois. Il y a un parfum de désobéissance dans l’air.  Ça déborde de partout. Les technocrates de l’Etat ne cessent de nous imposer de nouvelles contraintes, et de nouvelles interdictions sécuritaires, mais on ne les écoute plus. Des manifestations spontanées sans autorisations fleurissent comme des coquelicots, des Zones à Défendre naissent un peu partout contre la bétonnisation, et des Zones d’Autonomie Temporaire. Le théâtre de rue rue.  Le plus grand  et le plus historique des «désobéissants» s’appelait, faudrait pas l’oublier : De Gaulle.



Samedi 27 juin 2020     Malakoff.   Fin de canicule . 25 °C


Il suffit d’un  simple mal de dents, d’un peu de raideur dans les genoux pour que la vie m’ apparaisse triste et bête et inutile.

Tous les artistes des faussaires, les littérateurs, des obsédés et des cochons, la vie des gens, inutile et médiocre, les gouvernants, des crétins arrivistes, les écoles :  des usines de formatage.  La recherche du bonheur ? Un pur leurre. Quand aux métaphores sur la mort tout a été dit sur le sujet. Alors, il faut juste se taire avec modestie.



Dimanche 5 juillet 2020. Villars les B.


Enorme surprise quand j’apprends que le sénateur -maire de Montbéliard souhaitait que le théâtre de l’Unité intervienne pendant ses obsèques.

Nous avons côtoyé Louis Souvet pendant neuf ans, cet homme quoique d’un parti  conservateur avait compris à quel point la culture pouvait être fondamentale pour une ville. ll nous  disait : je suis l’ordre, vous êtes le désordre…

Cette reconnaissance posthume, vingt ans après,  nous va droit au coeur.

Je suis intervenu  pendant les obsèques, le 4 juillet devant une  parterre de  72 maires, de pompiers, d’anciens combattants,  devant le  sous- préfet, la présidente du département, l’évêque  etc.

Juste saluer le grand Monsieur qu’il avait été pour nous.


Le discours lu aux obsèques

 


Dimanche 12 juillet. Malakoff. été


Il nous aurait fallu  une vraie vision de la culture  dans notre société traversée de mille turbulences, où le théâtre classique et la culture cultivée ne sont plus que l’apanage des plus de 60 ans,  où les quartiers à l’abandon sont des poudrières en devenir, où des nouvelles formes  n’en finissent pas de naitre.

On nous a choisi une mondaine bien bourgeoise amoureuse d’Opéra qui reste en France le rendez -vous préféré des patrons du CAC 40 et de leurs épouses.

Rien à attendre, rien à espérer.

Pendant le confinement on s’était mis à rêver de lendemains un peu excitants. Le ministère de la Culture ne sera plus qu’un bureau des pleurs où l’Opéra en tête va réclamer des millions d’Euros pour pouvoir renaître.



Dimanche19 juillet 2020    Villars les Blamont    27 °C  ciel très bleu


La question qui m’angoisse le plus dans la vie, c’est quand on me demande

: comment ça va ?

Si je dis la vérité, j’effraye mon interlocuteur. Il ne veut pas que j’ai le cancer

et ma femme Alsheimer, alors gêné, il dit : oh non pas toi, je ne veux pas que tu meures,  alors je n’ai pas trop le choix, faut que je place une réplique pour dédramatiser le dialogue,  sauf que je cherche cette réplique depuis 2014.

Voilà donc ce que je répondrai : la nature est ainsi faite qu’à 77 ans je suis encore fertile, ce n’est pas très normal tu trouves pas ?

Ce qui me  passionne  c’est  que dans la Bible bourrée d’interdits de toutes

sortes les patriarches de mon âge  se donnaient  le droit de féconder n’importe

quelle jeune fille réglée.

Ce n’est pas parce qu’on a un pied dans la tombe qu’on se laisser marcher sur l’autre”;   F. Mauriac




Dimanche 26 juillet 2019. Genève  29 °C


Tous les théâtres sont en train de se ruer dans les rues et les espaces publics. ils quittent leur boite noire et sont infiniment charmés par  ce style de théâtre qu’ils ignorent depuis 40 ans.

Le problème,  c’est qu’ils croient faire du théâtre de rue, alors qu’il ne font que du théâtre de plein air  ;  le théâtre de rue c’est un autre positionnement,  c’est un autre style de jeu,c’est une autre dramaturgie, c’est une intime  connivence  avec les spectateurs.



Samedi 1er août 2020    Villars  les Blamont    Chaud


Je n’aime pas les gens heureux, les gens qui vont bien, et qui étalent ce qui fait leur bonheur. Ils parlent fort. Ils sont sûrs d’eux, ils sont musclés, bien bronzés,

ils n’arrêtent  pas de boire l’apéro avant de faire barbecue avec plein d’amis.

Ils rient de leurs propres blagues.Ils ont tout  : 4x4 et home cinéma. La covid c’est pas pour eux  :   ce sont toujours les autres qui meurent.



Dimanche 9 août 2020   Strasbourg     35 °C


Je ne me comprends pas moi -même. Il y a une force souterraine qui me pousse à apprendre une saison en enfer de Rimbaud. Pour comprendre un texte,  il faut l’apprendre, parce que peu à peu on devient  quasiment l’auteur du texte. Plus j’avance, plus je devine que Rimbaud est un magnifique imposteur, et peut- être

même que toute la littérature est une géante imposture. J’ai tellement plaidé pour l’accessibilité  de l’Art, j’ai tellement frôlé la démagogie pour plaire au public, que maintenant l’hermétisme m’attire. Aucun spécialiste n’a jamais trouvé le trousseau

de clés qui permet d’expliquer ce texte. Mais quand il écrit : la vie est la farce à

mener par tous. Cela  veut dire ce que cela veut dire…



Dimanche 16 août. Le Vignal Cantal 23°C


Dans le Cantal au dessus du Lot, dans une vieille ferme retapée comme il se doit, je me dis que je  suis dans le mode  de vie du futur.

Pas de virus, pas de masques, personne.

Le retour à la normale, personne ne peut le dire, car le virus repart de plus belle. Le gouvernement interdit les rassemblements, de plus de dix personnes à l’intérieur,

sauf dans le métro, car il faut certes prendre des mesures mais si l’économie

s”arrête  tout s’écroule. Donc on laisse le Puy  du fou avec 9000 personnes  et on emmerde les mini -rencontres  de 12 peronnes qui ne rapportent aucun euro.


Dimanche 23 août 2020     Bassurels, chateau de Poujol   Lozère  23°C


Il n’y a pas un seul bout  de terre qui n’appartienne à personne ; Triste expérience de la francomtoise de rue qui avait  envie de faire un clin d’oeil amical à un

événement d’il y a 40 ans et qui marque un peu la naissance du mouvement des arts de la rue en France : La falaise des fous au  bord du lac de Chalain : interdit par un directeur de camping départemental fermé comme un gardien de prison,  idem pour le belvédère au dessus du lac ,interdit.  Alors aux dernières nouvelles on nous louerait 1000 €  un pré,  dans une commune voisine  mais cela ne veut

plus rien dire, autant  se rendre à Chateau Chalon autour la tombe de Michel Crespin qui avait été un des chefs de file de la rue et surtout désobéir.


Dimanche 30 août. Villars les Blamont. automne


Le  29 août à 11 H 54, sur le gazon du domaine de Chalain,  dans le Jura, j’ai vécu un moment rare. On voulait faire un coucou à Michel  Crespin, un de ceux qui ont donné un peu de crédibilité au théatre de rue, décédé il y a six ans. On avait préparé un acte artistique avec Xavier Juillot, mais tout était trop interdit.  Le responsable du camping avait bloqué les accès pour être  sûr que rien puisse se passer. Or parmi nous la directrice de la Drac, Anne Matheron est monté au créneau pour, au nom de l’Etat,  se porter garante de notre acte poétique.  Et quand la structure gonflable a léché le ciel, mes yeux se sont embués  de larme de joie, j’ai senti à quel point le mouvement des arts de la rue avait  du souffle et comment les uns et les autres nous étions unis dans une fraternité profonde.  



le film du cérémonial



Dimanche 6 septembre 2020  Villars les Blamont  Gris 18 °C


Au moins j’aurais été prévenu, si j’attrapais le corona, je serais quasiment condamné vu mon âge, mais pire encore, je n’aurai pas droit à un enterrement, puisque Clamart là où je devrais résider pour l’éternité  avec mes parents  est en zone rouge.   Et dommage collatéral, la farce que j’ai soigneusement préparée avec un système bluetooth - le discours du défunt -   qui devrait sortir du cercueil, sera enterrée elle aussi. Nous sommes entrés dans une nouvelle ère, on ne peut plus rien prévoir,  même pas son enterrement.



Samedi 13 septembre 2020.  Malakoff  été indien


Mon petit doigt me dit :  30 000 morts ,  dont 15 000  qui avaient déjà un pied dans la tombe.  Franchement à partir de 75 /80 ans, survivre n’est pas une partie de plaisir.  600 000 enterrements par an, hors covid en France.

Cette pandémie est chiante, c’est sûr,  mais ne tue pas tant que ça. Elle laisse de graves séquelles, c’est ennuyeux. Augmentation de la mortalité + 5%.Un peu plus

que les accidents de la route. Pour que le corona fiche le camp, il faudrait 40 millions de personnes touchées, ou un vaccin.  Mon épouse rêve de l’attraper, mais ce n’est pas si aisé.



Dimanche 20 septembre 2020. Epinal.     toujours pas de pluie


C’est comme un faire part de deuil qui nous arrive : le cirque Plume

ne jouera plus jamais. Les dernières représentations de Besançon sont annulées. J’écris à Bernard Kudlak. Non, tu ne peux pas terminer comme

cela par une annonce sur Facebook; Le Cirque Plume ce n’est pas qu’une entreprise, c’est de l’âme aussi.Tu dois à ton public de vrais adieux, un rituel,

une cérémonie.  Choisissons une de nos belles prairies du Jura et invitons

toutes celles et ceux qui  ont fait  Plume et que votre prodigieuse musique joue

et joue encore.  Vous n’avez pas le droit de nous quitter comme ça.   



Samedi 26 septembre 2020.  Villars les Blamont La pluie, l’automne.


Oserai- je avouer que la chute de tous les “sachants”  me ravit.  Ils s’empêtrent tous les pieds dans leurs certitudes, n’osent pas avouer leur impuissance extrême.    Un peu de modestie leur siérait mieux que leur arrogance. Todd les prénomme : crétins surdiplômés.

On aimerait que la crise  soit l’amorce de grands changements,  mais non,  enterrons nos espoirs. déjà recommencent les ritournelles des présidentielles,  avec leurs alliances ratées, l’ arsenal de stratégies  démagogiques gagnantes à tous les coups.

Je me réfugie dans la poésie,  la  valeur suprême



Lundi 5 octobre 2020    Malakoff      Automne humide


Je veux du public vierge, qui découvre le théâtre  et qui est émerveillé  telle Sandra, mais je veux aussi des vrais connaisseurs, qui ne se laissent pas séduire facilement :  ceux qui sont capables de nous critiquer,   de nous classer, de juger  de la pertinence  et de l’originalité de nos propositions.

La Nuit Unique a une vertu, les habitués du théâtre  sont remplacés par une caste de jeunes explorateurs heureux de bivouaquer ensemble.

Il y avait le vivre ensemble, mais le dormir ensemble pourrait devenir une catégorie qui ne serait pas la moins inintéressante. 


.Dimanche  11 octobre 2020   Malakoff.   Pluie


Un groupe informel de jeunes veut occuper une pâture pas loin de chez moi  pour faire la fête. Bien sûr, un habitant du village inquiet de voir trois ou quatre camping cars sur un chemin de terre alerte la gendarmerie.

Les gendarmes débarquent avec plusieurs véhicules et de quoi livrer bataille. La fête sera interdite.

Et pendant ce temps -là dans le quartier de Montbéliard, c’est l‘    @émeute comme chaque nuit  : rodéos, voitures incendiées. Et même le centre de contrôle technique est détruit.

Quel rapport ?   Peut être une envie furieuse de vivre.

D’un côté des jeunes très pacifiques que l’on vient emmerder, de l’autre une explosion de violence  que l’on n’ose plus approcher et  personne ne s’interroge sur les causes de leur révolte.



Lundi 19 octobre  2020     Audincourt.


Il  y a la loi  et il y a la vie.

Il y a des idées, des textes ou des dessins qui sont de la nitroglycérine. A manipuler avec précaution. 

On devrait faire un classement Seveso.  Un avertissement : c’est permis, mais c’est risqué dans certaines zones sensibles.

Faire de la pédagogie nous expliquent les super-experts  ?

Je crois  surtout qu’il faut éviter les confrontations musclées  et rechercher non ce qui nous divise mais ce qui nous rapproche. 



samedi 24 octobre 2020  Changement d’heure cette nuit   Villars


Personne ne semble comprendre la force des symboles.

Les quenelles de Dieudonné étaient insupportables pour les juifs autant que les caricatures pour les musulmans. Et pourtant arabes et juifs sont experts  en auto- dérision, mais eux seuls ont le droit de se moquer d’eux- mèmes . Et voilà que les femmes à leur tour en ont raz la casquette de l’humour des hommes à leur égard. Cela pourrait bien s’exprimer par une formule. «  je suis issu d’un peuple qui ne veut plus souffrir ». Pas terrible, on essayera de trouver mieux


Samedi 31 octobre 2020 Villars les Blamont.  Nouveau confinement et rayons

de soleil


Dans Oncle Vania nous disions  il y a déjà une quinzaine d’années : nous vivons sur une poudrière, on ne pourra pas vivre plus longtemps assis sur deux milliards de pauvres. Tchekhov pressentait la révolution russe, c’est certain, il est mort en 1904. 

Pour moi le cancer  du monde s’appelle Israël.  Cette mise sous tutelle de la

Palestine par  des pays riches  est insupportable et engendre  des métastases gravissimes, style un horrible antisémitisme et  une exaspération de la religion musulmane.  L’ennemi des pays occidentaux ne s’appelle pas l’islam mais la

pauvreté. Ce devrait être unique souci des 190 pays du monde, éradiquer la

pauvreté.


Dimanche 8 novembre 2020   Ciel bleu  encore 24 jours de confinement


Avons nous vraiment besoin d’Art pour vivre ? Quand nous débarquions dans les quartiers pauvres de Valparaiso, nous tenions le discours  : il y a le pain pour corps, c’est vital, mais il y a l’Art pour l’âme.

Ne pas être orgueilleux, il n’y a pas que le théâtre, il y a le spectacle de la nature, Comment ne pas s’émouvoir sur certains couchers de soleil, sur la mer,

la lune rousse ?  Les élégants chevaux aux cuisses galbées, n’est ce pas de l’esthétique aussi ? Ainsi l’Art se niche partout, dans les églises, les mosquées,  toujours pleines de spiritualité.

Même en période de confinement l’Art continue de nous nourrir même là où on ne l’attend pas .


Samedi 14 novembre 2020. Confinement/ Villars / 14 °C



A un moment tu te  dis, ça va comme ça.

J’ai 53 ans de théâtre dans les jambes.

J’ai tout fait,

j’ai joué devant 40 000 personnes, j’ai joué pour deux personnes,

j’ai joué dans un coin reculé de la Nouvelle Calédonie, devant des cases au Togo, au pied des gratte ciel de NewYork , en Estonie, à Moscou au théâtre Maikovski, dans les rues d’Arkhangelsk, à Séoul, à Djaihu sous une pluie radio active, j’ai même joué devant personne,

j’ai joué dans les hôtels, dans les forêts. Je veux encore faire du  Rimbaud /Techno. Le confinement c’est une merveilleuse pause nécessaire.



Dimanche 22 novembre 2020    confinement Villars. Gel et soleil


Pourquoi l’affaire Daval passionne tout le monde ? Parce que Daval  est tout le monde.

On connaît tous des gentils garçons au visage de premier communiant, on connaît tous des belles familles Fouillot où la seule religion pratiquée est l’amour  des enfants.

On est tous effarés devant la capacité de violence cachée d’un homme normal juste un peu timide. Car on ne parle pas dans la vie courante de ce qui se passe sur les matelas moelleux dans des chambres à la lumière tamisée.

Quand Lady Macbeth demande à son mari s’il est  un homme, ce dernier se décide à tuer le roi. Et voilà, Jonathan s’est  prouvé  à lui-même qu’il était un homme un vrai.

Tout ça c’est le problème de la parole, quand on n’a plus de mots on s‘exprime autrement.


Samedi 28 novembre 2020   Villars.    2°C  Confinement allégé


Je suis déçu. ils ne sont pas venus en masse s’agenouiller devant   notre  studio des 3 oranges pour nous demander de reprendre.

Je n’ai pas  reçu de lettre sauf celle de Joël Cramesnil qui hurle son amour du théâtre, une lettre bien isolée et Joël Cramesnil  est quasiment un spectateur professionnel.   lire sa lettre  Tout à l’heure j’ai croisé une ombre masquée  qui  m’a dit :  vous nous manquez.  Oui, quelques  messages sur le répondeur, le Kapouchnik N° 144 aura été le dernier. On aura joué dix sept ans tout de même.  La magie du Kapouchnik, c’était toute une atmosphère,   c’était un endroit quand on avait réussi à avoir une place on était trop content, c’était inconfortable, les gens étaient serrés, derrière on entendait mal, il faisait trop chaud. C’était unique, inimitable, inexportable,  c’était fait pour les 3 oranges à Audincourt. 

                                                Le virus m’a tuer



Dimanche 6 décembre 2020   Villars    2 °C  Attestations et cie


Au début c’était sympa, comme une pause un entracte, et voir les grosses institutions s’écrouler, c’était assez agréable, on se disait que le théâtre mortifère  se prenait une bonne claque bien méritée.

Et puis pour la première fois ce dimanche j’ai eu de la mélancolie.  On aurait du jouer hier soir notre cent cinquantième Kapouchnik et j’ai pensé à toute la ferveur de ces salles ultra pleines, et des rires à  n’en plus finir, et de notre façon de secouer les problèmes de la France et du Monde et  toute notre équipe d’artistes qui aimait se retrouver et les longs diners à la maison Unité ayant touché chacune et chacun nos petites enveloppes, symbole de l’amour de notre public si passionné.  Cela ne reprendra plus jamais, car ce genre de théâtre là est vraiment incompatible avec le sanitaire.



Samedi 12 décembre 2020   Villars   4 °C   Pluie , théâtres fermés pour longtemps ...



Cette pandémie, faudrait songer à voir ses bons  côtés.

Elle nous réveille et nous arrache à nos vieilles routines,  et on peut réfléchir tranquillement au ronron dans lequel s’enterrait en toute candeur notre théâtre bourgeois privé ou subventionné.

Les théâtres ne cessent de croire à leur  ré-ouverture prochaine, vaudrait mieux que nous nous mettions tous en mode : retour à la normale dans quatre ans.  Et si c’est plus tôt,  ce sera tant mieux,  mais  secrètement je voudrais que cela dure très longtemps que l‘on puisse reconstruire à partir d’un champ de ruines. 

,



Dimanche 20 décembre 2020 .  Les Menuires en Savoie   Délices familiaux


Il faut que les théâtres restent fermés le plus longtemps possible jusqu’à ce qu’ils comprennent que depuis quatre cents ans ils se fourvoient. Le théâtre ne peut pas être réservé qu’à une minorité de lecteurs de Telerama, Le  vrai théâtre doit  raconter des histoires à la ville tout entière et à part le Channel de Calais quel est le théâtre  public en France qui remplit cette fonction  ?


Dimanche 27 décembre 2020 . Le Bettaix, les Menuires.  - 9°C


Me trompe-je ?  La course au vaccin anti -covid a attiré 225 compétiteurs.  Elan de solidarité sans précédent dans l’histoire de l’humanité.

Et pendant ce temps -là l’Afrique attend  depuis toujours son vaccin anti -paludisme… Quand un seul riche est touché, l’Occident met toute sa force de frappe pharmaceutique et industrielle  en branle.

Mais neuf millions d’enfants qui meurent de faim dans les pays pauvres, on laisse ça à des ONG privés de financement. Quant au milliard d’hommes qui vivent sans eau courante, sans toilette, avec moins de 2 € par jour, dont certains tentent d’atteindre l’Europe,   le principal souci des pays riches est de les rejeter à la mer.